top of page
  • Writer's pictureGuyler C Delva

Assassinat de Jean Dominique:SOS Journalistes Condamne La Scandaleuse Impunité Qui Se Poursuit



Lundi, 3 avril 2023


PORT-AU-PRINCE, Haiti -- 3 avril 2000/3 avril 2023, 23 ans déjà depuis que des criminels ont assassiné le journaliste et commentateur politique Jean Léopold Dominique. Et justice n'est toujours pas faite.


SOS Journalistes appelle les autorités politiques et judiciaires compétentes, particulièrement les juges de la Cour de Cassation, à assumer leur responsabilité pour mettre fin à ce déni de justice honteux, intolérable, et aux effets desastreux pour un rêve si cher au peuple haitien, celui de voir enfin le pays se transformer en un véritable état de droit.


En effet, en 2003, il y a eu une première ordonnance du juge d'instruction d'alors Bernard Saint-Vil dans laquelle 6 exécutants présumés du crime avaient été inculpés, sans que rien n'ait été dit concernant les commanditaires de ce crime odieux.


Après un recours exercé par la veuve du journaliste, Michèle Montas, par-devant la Cour d'Appel de Port-au-Prince, le juge Yvickel Dabrézil a été désigné pour instruire le dossier avec un focus particulier sur les auteurs intellectuels présumés du double assassinat, le 3 avril 2000, de Jean Dominique et de son gardien Jean-Claude Louissaint.


Au bout de son enquête, dont les résultats ont été transmis à la Cour et publiés le 17 janvier 2014, le juge Dabrézil a conclu son rapport par la désignation de Mirlande Libérus Pavert, une ancienne sénatrice du parti Lavalas de l'ancien président Jean-Bertrand Aristide, comme "Auteure Intellectuelle" du crime. D'autres proches d'Aristide ont également été suspectés.


L'ancien chef de sécurité de l'ancien président, Oriel Jean, assassiné le 2 mars 2015,  avait, dans une interview avant sa mort, fait des témoignages très accablants pour Aristide qui aurait joué un rôle dans le complot ayant abouti au crime.


SOS Journalistes s'insurge contre le fait que le dossier, qui se trouve depuis 9 ans à la Cour de Cassation, n'ait pas pu suivre son cours normal, notamment en raison d'un problème de fonctionnement au niveau de la Cour qui heureusement vient d'être adressé.


Mme Libérus Pavert avait fait un pourvoi en Cassation récusant tous les juges de la Cour d'Appel de la capitale, et demandant à la Cour Suprême d'ordonner le transfert du dossier à une Cour d'Appel en dehors de Port-au-Prince, évidemment dans le cadre de manoeuvres dilatoires pour retarder davantage la tenue d'un procès.


SOS Journalistes appelle la Cour de Cassation à se pencher d'urgence sur le dossier Jean Dominique  pendant devant elle depuis déjà trop longtemps, pour qu'elle puisse se prononcer dans un délai raisonnable; ce, dans un élan de rupture avec le règne infernal de l'impunité qui ne cesse d'engendrer  catastrophes et calamités pour les Haitiens.


SOS Journalistes saisit également l'occasion pour attirer l'attention des autorités sur d'autres dossiers de journalistes assassinés dont les cas ne sont toujours pas résolus.


SOS Journalistes condamne cette scandaleuse impunité qui doit cesser, car elle alimente grandement la corruption et l'insécurité ayant déjà fait tant de victimes au sein de la population.


Vive la liberté de la presse et d'expression! Abas l'impunité! Justice pour Jean Dominique!


Joseph Guyler C. Delva

Secrétaire général

SOS Journalistes

コメント


Top Stories

bottom of page