top of page
  • Photo du rédacteurGuyler C Delva

Un nombre croissant d'Haïtiens favorables à une intervention étrangère

Joseph Guyler C. Delva

Oct. 10, 2022


PORT-AU-PRINCE, Haïti (HCNN)





Un nombre croissant d'Haïtiens ont exprimé lundi leur approbation d'un déploiement rapide d'une force militaire internationale en Haïti pour soutenir la police nationale haïtienne dans la conduite d'opérations visant à déloger les gangs armés violents bloquant la distribution du gaz, des services de santé et d'autres activités vitales dans ce pays des Caraïbes.


L'une des stations de radio les plus populaires d'Haïti, Scoop FM, a organisé lundi une émission en direct dans laquelle 81% des appelants se sont dits favorables au déploiement d'une force de sécurité pour aider à stabiliser le pays où des gangs violents continuent de de faire la pluie et le beau temps.


« Je pense qu'une telle force devrait être déployée immédiatement. Pour être honnête avec vous, je crois que ces troupes auraient dû être déjà déployées pour nous sauver des gangs », a scandé l'appelant sur Scoop FM.


"Imaginez que j'ai une amie qui est morte parce qu'il n'y avait pas d'essence pour l'emmener à l'hôpital après que des bandits armés eurent décidé de bloquer la distribution d'essence dans la capitale", raconte un auditeur.

"Mais vous savez ce qui est pire dans toute la situation, c'est qu'il n'y a personne que vous pouvez appeler pour venir vous aider, pas la police, absolument personne. Nous sommes totalement à la merci des bandes armées », a ajouté un autre auditeur.


Cependant, plusieurs dirigeants politiques et autres groupes de la société civile ont vigoureusement condamné une telle intention et ont accusé les autorités intérimaires de trahison contre le pays.


"Le Premier ministre Henry devrait démissionner parce qu'il a invité une force étrangère à venir occuper la terre pour laquelle nos ancêtres ont sacrifié leur vie", a déclaré Jacques Joazil, un professeur de sciences sociales, à HCNN lundi.


« Nous avons vu plusieurs interventions étrangères, mais rien n'a changé et nous ne pensons pas qu'une quelconque occupation puisse apporter un changement positif en Haïti », a déclaré Jean Saint-Fort. "Seuls les Haïtiens le peuvent", a-t-il dit.

L'éminent journaliste, Gary Pierre-Paul Charles, a déclaré que le but de son émission sur Scoop FM lundi après-midi était de permettre aux gens de dire librement ce qu'ils pensaient d'une éventuelle intervention.


«Ils demandent une force internationale robuste premièrement, pour faciliter la distribution du carburant, deuxièmement, pour réprimer les gangs et troisièmement, pour créer un environnement pacifique et sécuritaire dans la perspective de la tenue d'élections par le biais d'un accord politique afin que la vie reprenne en Haïti », a déclaré Gary Pierre-Paul Charles qui a cité un responsable de sécurité qui lui a parlé.

Mais Pierre-Paul Charles, qui a déclaré ne prendre position ni pour ni contre un déploiement de troupes étrangères, a prévenu que de nombreuses personnes pourraient être tuées en Haïti si la force attendue ne se déployait pas. « Si la force ne venait pas, de nombreuses personnes seraient tuées, les gangs se sentiraient renforcés… », a-t-il déclaré.


Selon le secrétaire général de l'ONU, Antonio Gutteres, le gouvernement haïtien a soumis une requête aux Nations Unies demandant le déploiement d'une force de sécurité qui "soutiendrait, en particulier, la PNH (Police nationale d'Haïti) principalement dans la région métropolitaine de Port-AU-Prince pour garantir la libre circulation de l'eau, du carburant, de la nourriture et des fournitures médicales, des principaux ports et aéroports vers les communautés et les établissements de soins de santé."


"À cette fin, la force soutiendrait les efforts de la PNH pour éliminer les menaces posées par les gangs armés et fournir une protection immédiate aux infrastructures et services essentiels", a déclaré Gutteres en présentant ceux qui seraient déployés comme une force d'action rapide qui serait dirigée par un pays spécifique qu'il n'a pas encore nommé.


Gutteres n'a pas fourni de calendrier précis pour la présence de la force sur le sol haïtien. Il a déclaré que la force "serait progressivement supprimée à mesure que la PNH reprendrait le contrôle sur les infrastructures critiques ciblées par les gangs et commencerait à rétablir la sécurité générale et la liberté de mouvement".


Joseph Guyler C. Delva

Posts récents

Voir tout

1 kommentar


Wenso Valpa
Wenso Valpa
11. okt. 2022

Scoop est une station de radio a la capitale dirigée par un raqueteur nommé Garry pierre paul charles. C'est pas la position du peuple Haïtien. C'est une emmission minicieusement manipulée.

Synes godt om

Meilleures histoires

bottom of page