top of page
  • Photo du rédacteurGuyler C Delva

SOS Journalistes: Richemond Crie À La "Diffamation"


- Joseph Guyler C. Delva Maintient Ses Déclarations et Continue D'exiger La Révocation du Commissaire Prédateur


Port-au-Prince, Haiti

Mer, 31 jan., 2024


Le Secrétariat général de SOS Jourmalistes a appris que le commissaire du gouvernement près le tribunal de première intance des Cayes, Ronald Richemond, entend citer, le leader de l'organisation de défense de la liberté de la presse, en justice, sous prétexte que Joseph Guyler C. Delva l'aurait diffamé.


SOS Journalistes estime que, ce faisant, Richemomd a bien fait de changer de pratiques et de tactiques; au lieu de commanditer ou d'orchestrer l'assassinat des journalistes, Guyler C. Delva et Guerlan Hyppolite, il a décidé de les appeler par-devant qui de droit pour qu'ils s'expliquent sur des déclarations dont il dénonce, à tort ou à raison, le caractère "diffamatoire". Ça, c'est un bon comportement!


Il s'agit-là d'un choix judicieux, et SOS Journalistes encourage vivement le commissaire à toujours privilégier cette option et à toujours préférer celle-ci à l'élimination ou l'assassinat de journalistes qui auraient diffusé des informations qui ne satisfassent pas nécessairement ses intérêts inavoués et inavouables. Bravo!


Puisque si tel avait été le cas en octobre 2022, peut-être Garry Tesse serait-il encore parmi nous aujourd'hui.

Toutefois, moi, Joseph Guyler C. Delva, Secrétaire général de SOS Journalistes, je maintiens toutes les déclarations que j'ai faites concernant les agissements suspects et malhonnètes du commissaire Ronald Richemond.


En effet, d'après les informations de première main que nous avons recueillies auprès de sources sûres, voire très sûres, le commissaire Richemond a fait libérer Wilkens Thirogène à  l'aide d'une fausse ordonnance, c'est-à-dire, une ordonnance qui porte la "signature" du juge, mais qui comporte un ordre de libération que le juge instructeur Robert Jourdain confirme n'avoir jamais décidé ni émis.


Rappelons que le journaliste et commentateur politique, Garry Tesse, avait été porté disparu, le 18 octobre 2022, et son corps sans vie allait être découvert le 24 octobre de la même année, du coté de la localité de Foco, tout près de la ville des Cayes. Et Richemond a été pointé du doigt comme auteur intellectuel de ce crime abominable.


Le commissaire Richemond aurait également cautionné le comportement des policiers, membres de sa sécurité rapprochée, qui refusent de répondre à la convocation du juge d'instruction.

En outre, Ronald Richemond a transféré à la prison de Carrefour le détenu Pierre Ricardo "Chito" Bain qui se dit prêt à révéler le rôle actif joué par le chef du parquet des Cayes dans le complot ayant abouti à l'assassinat du journaliste Garry Tesse.


SOS Journalistes dispose également de nombreuses autres informations qui montrent que le commissaire Richemond agissait de connivence avec les assassins présumés du journaliste Tesse, tel wilkens "Pouchon" Thirogène que le commissaire protégeait et dont il prenait soin même en étant derrière les barreaux, avant d'inventer un stratagème pour le faire libérer arbitrairement, en décembre 2023.


Ronald Richemond doit être révoqué pour qu'il puisse être libre, dépouillé de toute authorité, pour se présenter par-devant qui de droit pour répondre de questions relatives à l'assassinat de Garry Tesse.

Par ailleurs, le secrétaire général de SOS Journalistes, Guyler C. Delva, conscient de la gravité de la matière en question, prend ses distances par rapport à des accusations faites par un confrère journaliste, lors d'une émission sur Caraibes FM, le lundi 29 janvier, 2024.


SOS Journalistes demeure très sensible à la nécessité pour les journalistes d'observer en tout temps et en toutes circonstances les règles éthiques et déontologiques qui gouvernent l'exercice du métier de journaliste.

C'est d'ailleurs pourquoi SOS Journalistes lance bientôt toute une campagne à travers le pays pour promouvoir l'éthique journalistique.


D'ailleurs SOS Journalistes a mis sur pied une commission d'éthique qui pourra régulièrement recevoir et traiter des plaintes déposées par des gens qui s'estiment lésés par des journalistes dans l'exercice de leur profession; et de concert avec les médias concernés, des sanctions pourront être appliquées.


Ronald Richemond voudrait citer le leader de SOS Journalistes par-devant la justice pour qu'il réponde de questions relatives à des propos dits diffamatoires qu'il aurait tenus à l'encontre du chef du parquet des Cayes. Bien sûr, cela pourrait se faire, mais ce serait à la suite de la démission ou la révocation de Richemond comme commissaire du gouvernement, puisqu'il ne pourrait à la fois être juge et partie, étant donné le rôle central que joue le chef du parquet dans les procédures judiciaires.


La presse haitienne, à partir de cette année 2024, doit pleinement jouer son rôle de défenseur de l'intérêt public, à travers un travail d'enquête et de responsabilisation de ceux qui s'adonnent à des pratiques de corruption et des abus de toutes sortes qui entravent tout processus de changement positif en Haiti.




Joseph Guyler C. Delva

Secrétaire général

SOS Journalistes

Posts récents

Voir tout

Comments


Meilleures histoires

bottom of page