top of page
  • Photo du rédacteurGuyler C Delva

Rapport Du CPJ Sur l'Assassinat du Journaliste Garry Tesse

-- Committee To Protect Journalists (CPJ), Basé à New-York, Souligne La Torture Et Les Atrocités Infligées Au Journaliste Avant Son Assassinat


CPJ, NEW YORK, NY -- Le journaliste haïtien Garry Tesse se rendait à la station Radio Lebon FM, où il animait une émission, dans la ville des Cayes, au sud du pays, lorsqu'il a disparu le 18 octobre 2022. Sa dépouille mutilée a été retrouvée six jours plus tard, face contre terre, en bord de mer, à proximité du centre-ville. Des photographies de son corps, examinées par le CPJ, montrent des signes de torture sévère : des marques de brûlures, une langue coupée, un œil et des testicules manquants.


Les autorités ont ouvert une enquête pour meurtre, présidée par un juge local. Mais les circonstances de la mort de Tesse sont restées mystérieuses depuis que l'un des principaux suspects a été libéré de prison en décembre 2023, ce qui a conduit à des accusations de dissimulation de la part de l'association locale de défense de la presse SOS Journalistes.

M. Tesse, qui avait 39 ans au moment de sa mort, critiquait ouvertement la corruption politique et judiciaire dans son émission de radio de midi, "Gran Lakou" ("Grande cour" en créole), sur Radio Lebon FM. Il critiquait en particulier le puissant procureur des Cayes, le commissaire du gouvernement Ronald Richemond, qui a fait l'objet d'un examen minutieux pour des allégations de corruption et d'abus de pouvoir.


Peu avant sa mort, Tesse était passé à la radio pour dénoncer ce qu'il disait être un complot de Richemond pour le faire tuer après avoir été informé par un ami qui était un ancien membre de l'équipe de sécurité du procureur, selon deux enquêtes sur l'affaire menées par le Réseau National de Défense des Droits Humains (RNDDH) ainsi que SOS Journalistes. Le CPJ a examiné le rapport non publié du RNDDH.


Selon les membres de la famille du journaliste et son avocat, Antony Cyrion, M. Richemond a également tenté de corrompre le journaliste pour qu'il cesse ses critiques. "Il a envoyé des gens pour essayer de négocier un pot-de-vin, pour le faire taire", a déclaré Cyrion au CPJ. "Gary Tesse a été tué pour faire taire une voix qui parlait au nom du peuple", a déclaré M. Cyrion.


Après la mort de Gary Tesse, des journalistes locaux ont organisé des manifestations pour demander justice. L'un de ses co-animateurs, le journaliste de radio Guerlan Hyppolite, a déclaré au CPJ qu'il avait également été menacé et qu'on lui avait offert des pots-de-vin lorsqu'il avait parlé à la radio de l'assassinat de Gary Tesse. Hyppolite a déclaré que lorsqu'il a continué à parler, il a été arrêté et emprisonné pendant un an en tant que suspect dans le meurtre de son ami. Il a été libéré en décembre 2023, le juge n'ayant trouvé aucune preuve le liant au meurtre.


En juin 2023, la famille Tesse se présente devant le juge chargé de l'enquête, Robert Jourdain, et accuse Richemond d'avoir commandité le meurtre. Ils désignent deux membres de l'équipe de sécurité de Richemond comme les véritables assassins. L'un d'entre eux a été arrêté puis libéré de prison à la fin du mois de décembre de l'année dernière sur la base d'une ordonnance de mise en liberté fabriquée de toutes pièces, selon SOS Journalistes.

Le juge chargé de l'affaire a demandé une protection supplémentaire en raison des menaces qu'il a reçues, selon plusieurs sources qui ont parlé au CPJ sous le couvert de l'anonymat, en invoquant des raisons de confidentialité et de sécurité.

Le CPJ a contacté Richemond pour obtenir des commentaires par téléphone et par messagerie, mais n'a reçu aucune réponse.


Cliquez sur ce link:


Joseph Guyler C. Delva

Secrétaire général

SOS Journalistes

Posts récents

Voir tout

Comments


Meilleures histoires

bottom of page