top of page
  • Photo du rédacteurGuyler C Delva

ANALYSE Mesures à prendre pour mettre fin à la crise en Haïti


- Les pourparlers de la CARICOM ne porteront probablement pas leurs fruits


Par Joseph Guyler C. Delva

Vendredi 8 septembre 2023


PORT-AU-PRINCE, Haïti (HCNN)-

Haïti est confrontée, ces dernières années, à une succession de méfaits, qui ont abouti à une impasse sociale et politique interminable, poussant les organisations mondiales et régionales à s'engager dans une série d'initiatives visant à convaincre les acteurs de la crise de résoudre leurs différends, alors que ce pays appauvri des Caraïbes s’enfonce chaque jour plus profondément dans l’abîme.


Le Conseil de sécurité des Nations Unies, l'Organisation des États Américains (OEA) et la Communauté des Caraïbes (CARICOM) ont fait de leur mieux pour convaincre les politiciens haïtiens de s'entendre sur un certain nombre de mesures essentielles pour mettre fin à l'impasse.


Plusieurs groupes politiques et de la société civile ont fait plusieurs propositions d’accord, mais après de multiples tentatives, les protagonistes n’ont jusqu’à présent pas réussi à trouver un terrain d’entente pour aller de l’avant.


Des quartiers entiers, dans la zone métropolitaine de la capitale Port-au-Prince sont littéralement dirigés par des gangs lourdement armés qui terrorisent et tuent des personnes, notamment des femmes et des enfants, souvent violés en toute impunité.


Le manque évident de volonté de la part des acteurs politiques de surmonter leur ego et de donner la priorité aux intérêts d'Haïti semble être la principale raison pour laquelle une solution consensuelle n'a pas encore été trouvée. Il y a un manque crucial de patriotisme de la part des acteurs haïtiens ; et la communauté internationale ne peut rien y faire.


Le principal défi reste désormais de savoir comment amener les principaux protagonistes à accepter de prendre les mesures inévitables pour ouvrir la voie à la tenue d’élections présidentielles, législatives et locales libres et équitables.


Mais avant tout cela et pour faciliter le processus, le Premier ministre Ariel Henry devrait ouvrir le gouvernement aux autres principaux partis (au moins ceux qui le souhaitent et qui pourraient contribuer à faire la différence), afin d'en faire un véritable gouvernement inclusif et de consensus.


Un certain nombre de personnes continuent de dire qu'il devrait y avoir une autorité, une institution qui assumerait les pouvoirs du président. Bien entendu, la constitution a désigné le conseil des ministres, qui assume ces pouvoirs (art. 149 de la constitution actuelle).


Mais on peut dire que lorsque le vide se produit au cours de la quatrième année du mandat de cinq ans du président - comme ce fut le cas du défunt président Jovenel Moise - c'est le parlement (l'Assemblée nationale, une session conjointe des deux chambres) qui devrait nommer un nouveau président. Mais il n'y a pas de parlement en place. Ainsi, l’alternative la plus proche des termes de la constitution actuelle reste la disposition qui permet au conseil des ministres, sous la direction du Premier ministre, d’assumer les pouvoirs du président.


La position de ceux qui prétendent que, pour organiser des élections, il faut nécessairement un président ou un organe présidentiel de fortune pour appeler le peuple en ses comices, est donc constitutionnellement infondée.


Au moins 7 mesures devraient être prises avant qu'Haïti puisse revenir à l'ordre constitutionnel avec un gouvernement légitime, un parlement élu et un système judiciaire fonctionnel :


1) Un effort particulier avec la police, appuyée par une force d'action militaire rapide étrangère, pour contribuer au rétablissement de la sécurité, condition sine qua non avant le lancement de toute campagne électorale et la tenue de bonnes élections.


2) Gouvernement de consensus incluant les partis d’opposition, les représentants des différents accords proposés et des représentants crédibles de la société civile


3) La nomination d'un conseil électoral inclusif et non partisan pour organiser des élections crédibles, libres, justes et démocratiques


4) Le gouvernement devrait être obligé de consulter le Haut Conseil de la Transition (HCT) avant de prendre toute décision majeure affectant la gouvernance et l'avenir du pays.


5) Ensuite, le conseil électoral nouvellement nommé ou une assemblée constituante spéciale composée de personnalités crédibles et non controversées proposerait une nouvelle constitution, qui serait finalement sanctionnée par un vote populaire au cours de l'année 2024, si tout se passe bien


6) Ensuite, des élections générales pourraient avoir lieu en octobre 2025 pour permettre à un nouveau parlement et au nouveau président de prêter serment respectivement en janvier et février 2026


7- Les juges - récemment nommés à la Cour suprême par le Conseil des ministres du gouvernement, la plus haute instance politique d'Haïti à l'heure actuelle - resteraient en fonction jusqu'à ce que le parlement et le gouvernement nomment dûment de nouveaux juges qui prêteraient serment par la suite.


LES POURPARLERS DE LA CARICOM NE PORTERONT PAS DE FRUITS


Une chose est claire : il n'y aura pas d'accord entre les hommes politiques haïtiens et les autres acteurs que je connais si bien.


Bien sûr, j’aimerais qu’ils puissent me prouver le contraire. Mais malheureusement, je sais que cela va se terminer dans le chaos comme je l'ai dit.


La seule issue est que la communauté internationale aide le pays à améliorer la situation sécuritaire et facilite la mise en œuvre des mesures mentionnées ci-dessus, notamment la tenue d'un processus électoral crédible et observé au niveau international.


Ceux qui pensent qu'ils doivent se rendre aux élections pour accéder au pouvoir accepteront d'y participer, tandis qu'un certain nombre d'autres - qui savent avec certitude qu'ils n'ont aucune chance de remporter des élections justes, honnêtes et démocratiques - resteront certainement à l'écart, et ils seront totalement dans leur droit. Personne ne devrait les forcer s’ils ne le souhaitent pas.


Les autorités haïtiennes et la communauté internationale ont une obligation : veiller à ce que le processus soit ouvert, sécurisé, participatif, non partisan, non frauduleux, juste, honnête et démocratique.


Le reste sera déterminé par les électeurs. Personne n’a vraiment besoin d’un accord pour accepter d’aller aux élections. Vous devez simplement vous assurer que le processus est équitable ; et vous vous assurez que vous pouvez vous permettre une bonne campagne pour convaincre les électeurs.


Et je crois que l'OEA, l'Union européenne, l'ONU et d'autres observateurs indépendants seront tout à fait disposés à apporter leur aide sur tous ces aspects.


Et je crois que l'OEA, l'Union Européenne, l'ONU et d'autres observateurs indépendants seront tout à fait disposés à apporter leur aide sur tous ces aspects.


De nombreux acteurs qui discutent aujourd'hui avec une délégation de personnalités éminentes de la CARICOM croient que la seule façon pour eux d'accéder au pouvoir passe par une transition, décidée en petits groupes, par des personnes à voix haute, mais qui ne représentent pas vraiment la volonté de la majorité du peuple haïtien, des masses souffrantes et oubliées.

--------

Posts récents

Voir tout

Comments


Meilleures histoires

bottom of page